Terrorisme et djihadisme

Qu'entendons-nous par terrorisme ? Il n’existe pas de définition internationalement reconnue du terrorisme : la même personne qui, d’un certain point de vue idéologique, dans un pays x, est considérée comme un défenseur de la bonne cause peut être qualifiée de terroriste ou de criminelle d’un autre point de vue idéologique dans un pays y. De plus, le terrorisme ne se limite pas à un certain type de cible. Il peut cibler des individus, certains groupes (religieux, ethniques ...) ou même une société dans son ensemble.

Actuellement, le terrorisme est surtout associé au djihadisme violent. L'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM) évalue le risque de menace terroriste, dans notre pays, par des groupes d'inspiration djihadistes violents comme 'MOYEN'. En d’autres termes, il existe un niveau de menace 2 (sur une échelle de 1 à 4). Cela signifie que la menace contre la personne, le groupe ou l'événement qui fait l'objet de l'analyse est peu probable.

Le niveau de menace 2 est en vigueur depuis le 22 janvier 2018. Après consultation de ses partenaires et sur la base des informations disponibles, l'OCAM a ramené le niveau de menace général pour notre pays du niveau 3 au niveau 2. Selon l'OCAM, la menace a diminué et un attentat est moins probable, même si cela ne signifie pas qu'il n'y a plus de menace.

L'OCAM maintient un niveau 3 pour certains endroits sensibles. Pour des raisons de sécurité, nous ne les développerons pas. 

Après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, l'OCAM avait relevé le niveau de menace général pour notre pays du niveau 2 au niveau 3. La menace contre notre pays était alors estimée comme 'possible' et 'vraisemblable'. En d'autres mots, la menace était 'GRAVE'.

L'Etat Islamique (EI) et le califat

L'Etat Islamique (EI) trouve ses origines dans une branche irakienne d'Al-Qaida et présente une forme particulièrement inquiétante du terrorisme international d'inspiration djihadiste.

A un moment donné, l'EI a partiellement réussi à conquérir un territoire propre dans des zones de Syrie et d'Irak et à y établir ses propres structures et institutions politiques, administratives et militaires, fondées sur des conceptions théocratiques très rigides. Le groupe a ainsi réalisé l'objectif idéologique ultime de nombreux groupes islamistes radicaux, qu'ils soient violents ou non : la restauration de l'idéal islamiste du califat. En tant que moyen de propagande, le califat s'est révélé être un atout particulièrement puissant pour l'EI.

Impact de l'Etat Islamique (EI) en Europe

A partir de 2012-2013, l'Etat Islamique (EI) a exercé un attrait inégalé (majoritairement) sur de jeunes hommes et femmes radicalisés en Europe. Initialement, ceci s'est traduit par le départ de milliers de foreign terrorist fighters (FTF) vers les zones de conflit. Dès que la zone dominée par l'EI en Syrie et en Irak est devenue de plus en plus difficile d'accès et a été peu à peu reconquise, l'organisation a changé son fusil d'épaule. Elle a appelé les sympathisants occidentaux à perpétrer des attentats dans leur propre pays au lieu de se rendre sur le champ de bataille. Cela a eu un impact direct sur la menace terroriste en Europe.

Propagande

L'impact de la propagande de l'Etat Islamique était énorme. Elle a été diffusée en masse et avec les méthodes de communication les plus modernes. Leur matériel audiovisuel était hautement technique et attirait les jeunes, notamment par le langage visuel moderne et les médias sociaux. Une violence extrême et des exécutions barbares ont été dépeintes de manière théâtrale.

La diffusion massive de la propagande de l'EI via les médias sociaux et Internet risque de continuer à circuler pendant longtemps, même après la défaite finale de l'EI. En d'autres termes, la propagande de l'EI peut continuer à inspirer les nouvelles générations d'individus radicalisés.