L'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM)

Généralités

L'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM), successeur du Groupe interforces antiterroriste (GIA), a été créé par la loi du 10 juillet 2006 relative à l'analyse de la menace et est chargé de l'évaluation de la menace concernant le terrorisme et l'extrémisme.

L’OCAM relève conjointement de la tutelle du ministre de l’Intérieur et du ministre de la Justice. 

Pour effecture ses évaluations des menaces terroristes et extrémistes en Belgique et à l'encontre de la Belgique, l'OCAM se base sur des informations obtenues auprès d'organisations partenaires :

  • la Sûreté de l'Etat
  • le Service Général du Renseignement et de la Sécurité
  • la Police fédérale et la Police locale
  • l'Office des Etrangers du SPF Intérieur
  • l'Administration des Douanes en Accises du SPF Finances
  • le SPF Mobilité et Transport
  • le SPF Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement. 

L'OCAM fait aussi bien des évaluations de la menace ponctuelles que stratégiques. Elles sont transmises aux autorités politiques, administratives ou judiciaires ayant une responsabilité dans le domaine de la sécurité. 

 

Qautre niveaux de menace

Les différents niveaux de menace varient sur une échelle de 1 à 4 et sont définis dans un Arrêté royal du 28 novembre 2006. Ils déterminent le niveau de menace sur la base d'une description de la gravité et de la probabilité du danger ou de la menace.

  • Niveau 1 ou FAIBLE : la personne, le groupement ou l'événement qui fait l'objet de l'analyse n'est pas menacé.
  • Niveau 2 ou MOYEN : la menace à l'égard de la personne, du groupement, ou de l'événement qui fait l'objet de l'analyse est peu vraisemblable.
  • Niveau 3 ou  GRAVE : la menace à l'égard de la personne, du groupement ou de l'événement qui fait l'objet de l'analyse est possible et vraisemblable.
  • Niveau 4 ou TRES GRAVE : la menace à l'égard de la personne, du groupement ou de l'événement qui fait l'objet de l'analyse est sérieuse et imminente.

En accord avec le ministre de l'Intérieur, le Centre de crise prend des mesures de précaution et de protection sur la base des évaluations de l'OCAD.

 

Attentats

Après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, l'OCAM avait relevé le niveau général de menace pour notre pays du niveau 2 au niveau 3 (sur une échelle de 1 à 4). La menace contre notre pays était alors estimée comme "possible" et "vraisemblable". En d'autres termes, la menace était "GRAVE".

Le 22 janvier 2018, après avoir consulté ses partenaires et sur base des informations disponibles, l'OCAM a baissé le niveau de menace général pour notre pays du niveau 3 au niveau 2. Selon l'OCAM, la menace terroriste émanant de groupes ou d'individus inspirés par le djihadisme violent a diminué et une attaque est moins vraisemblable. Le niveau de menace pour notre pays est "MOYEN", même si cela ne signifie pas qu'il n'y a plus de menace.

L'OCAM maintient un niveau 3 pour certains endroits sensibles. Pour des raisons de sécurité, nous ne les détaillons pas.